Alaska to Kamchatka « Plunge into the unknown »

Décidément le Cap Horn et les 40èmes rugissants n’auront qu’à patienter pour me voir leur rendre visite en mode Vendée Globe… Cette fois-ci je m’en vais les tromper avec les Kouriles !

En octobre 2016, oui on l’a fait ! Après avoir surmonté 2 inconnues majeures (traverser la mer de Béring sur un bateau d’à peine 11 mètres et être autorisé à rentrer au Kamchatka Russe sans passer par la case prison), nous avons laissé Maewan hiverner au sec à Petropavlovsk-Kamchatsky. En avril 2017, on repart pour 2 mois d’exploration ! Mais avant, retour sur le parcours qui a mené un équipage éclectique d’Alaska au Kamchatka !

Lorsque je voyage, je retiens toujours cette citation argentine :

« Todo es possible, nada es seguro! »

En s’engageant dans une expédition comme celle-ci, tu peux t’attendre à ce que l’imprévu donne le tempo ! A ce que rien ne se passe comme tu l’as souhaité, c’est pourquoi tu te dois de mettre dans ton sac : de l’acceptation et de la tempérance !

Déjà en préparant tes visas, billets, bagages… L’imaginaire travaille dur ! Alaska, Anchorage, montagnes, ski, fjords, USA, Béring, baleines, Kamchatka, volcans, rivières, russes, océan, faune, flore, paysages, tempêtes, vagues, neige, King-Crab, héliski, ours, saumons…

Parti de l’Euroairport Bâle/Mulhouse pour Anchorage par Francfort, j’ai eu la chance d’avoir un vol transatlantique passant au-dessus du Nord du Groenland, l’un des derniers vols commerciaux à emprunter cette route ! Un premier clin d’œil à ma curiosité éveillée sur les régions polaires et encore une preuve visuelle du changement climatique et de l’impact de ces changements sur nos activités.

Un vol transatlantique exceptionnel, par le nord du Groenland !

Un vol transatlantique exceptionnel, par le nord du Groenland !

Vue de la côte nord ouest Groenlandaise entre Continent et banquise

Vue de la côte nord ouest Groenlandaise entre Continent et banquise

Une petite escale de 2 jours à Anchorage, haut lieu de départs pour la planète freeride en Alaska, aéroport d’hydravions, gros 4×4 pickup…

La région d'Anchorage et ses skis resorts mythiques

La région d’Anchorage et ses skis resorts mythiques

Vol Anchorage - Nome, aucun autre moyen de rejoindre Nome outre la mer et les airs

Vol Anchorage – Nome, aucun autre moyen de rejoindre Nome outre la mer et les airs

« There’s no place like NOME »

NOME (64°30 N – 165°26 W), petite bourgade flanquée sur la côte monotone de l’extrême-occident alaskien… Née de la ruée vers l’Or, elle en (sur)vit toujours, bien qu’elle ne soit accessible que par la mer ou les airs !

Maewan est là, amarré dans le petit port entre les bateaux de pêche et les barges de dragage des chercheurs d’or. A son bord Erwan Lelann, fier capitaine qui a mené à travers le passage du nord-ouest ce petit voilier en aluminium de 37 pieds (10m90). Il est accompagné d’Émeline Son (second du bord), Eric Loizeau (cap-horniste et himalayiste émérite), Fabienne Dortoli (championne de kitesurf) avec qui je continue jusqu’en Russie. Jeremy Bernard (photographe) et Patricia Oudit (rédactrice) quant à eux débarquent pour rentrer en Europe.

Eric Loizeau venu m'accueillir à l’aéroport de Nome et direction le port en "stop-pickup"

Eric Loizeau venu m’accueillir à l’aéroport de Nome et direction le port en « stop-pickup »

Maewan est bien là, amarré dans le port de Nome après avoir franchi avec succès le mythique passage du Nord Ouest !

Maewan est bien là, amarré dans le port de Nome après avoir franchi avec succès le mythique passage du Nord Ouest !

Nome centre ville ! Far-West de l'Alaska, face à la mer de Béring

Nome centre ville ! Far-West de l’Alaska, face à la mer de Béring

Il y a comme un air d'Alsace dans les rues de Nome

Il y a comme un air d’Alsace dans les rues de Nome

Après 2 « weather-days » d’attente que nous avons mis à profit dans des « hot-springs » à 40 km de la ville, nous prenons la mer, cap à l’ouest en direction des côtes russes. 4 jours pour rallier l’île de St Lawrence, puis 1 nuit au mouillage devant le village de Savoonga (63°40 N – 170°32 W) où nous cherchons de l’eau, du gasoil, et échangeons avec les américains aussi proches de leur mère patrie que de la Russie.

Une oasis de verdure née de l'absence de permafrost dans cette vallée à quelques kilomètres de Nome

Une oasis de verdure née de l’absence de permafrost dans cette vallée à quelques kilomètres de Nome

Erwan et Fabienne profitent des "hot-springs" d'un village fantôme de pèlerins, ambiance Farwest

Erwan et Fabienne profitent des « hot-springs » d’un village fantôme de pèlerins, ambiance Farwest

Un autre "hot-springs" juché au milieu de cet oasis de sources chaudes et de verdure

Un autre « hot-springs » juché au milieu de cet oasis de sources chaudes et de verdure

Émeline, Fabienne et Erwan posent au-dessus de Nome et de la mer de Béring

Émeline, Fabienne et Erwan posent au-dessus de Nome et de la mer de Béring

Partir de l'Alaska et faire route à l'ouest ! Heureux, chanceux !

Partir de l’Alaska et faire route à l’ouest ! Heureux, chanceux !

Le cimetière bien "movie-style" du village de Savoonga sur St Lawrence Island (USA)

Le cimetière bien « movie-style » du village de Savoonga sur St Lawrence Island (USA)

Rencontre majestueuse du Harfang des neiges (Bubo scandiacus), chouette blanche d'Amérique du Nord

Rencontre majestueuse du Harfang des neiges (Bubo scandiacus), chouette blanche d’Amérique du Nord

Répétition du groupe de musique local de Savoonga

Répétition du groupe de musique local de Savoonga

Erwan fait le plein de gasoil dans des infrastructures aux normes !

Erwan fait le plein de gasoil dans des infrastructures aux normes !

Puis 6 jours de mer nous permettent de rallier la côte du Kamchatka, mais en évitant volontairement d’aller dans la Province du Tchoukotka, Providenia ou Anadyr, et sans pouvoir raisonnablement aller directement à Petropavlovsk-Kamchatsky pour dédouaner…

Avec le logiciel Squid et une connexion satellite, nous bénéficions des indispensables fichiers de vecteurs vent des 2 modèles existants.

En téléchargeant et en analysant avec Squid les données météorologiques, nous apprenons à comprendre les frontogénèses dans cette partie du monde. Globalement tout change très vite, les dépressions naissent, passent et disparaissent en 48h et le baromètre fait le yo-yo de façon inquiétante parfois…

Mer de Béring 60°N et passage de l'antiméridien dans une mer formée et un petit 35 nœuds de vent

Mer de Béring 60°N et passage de l’antiméridien dans une mer formée et un petit 35 nœuds de vent

Eric et Erwan peaufinent la route après avoir téléchargé et analysé le fichier de vent (GRIB) avec le logiciel SQUID SAILING

Eric et Erwan peaufinent la route après avoir téléchargé et analysé le fichier de vent (GRIB) avec le logiciel SQUID SAILING

On devine facilement qui est de quart sur le pont ! Navigation extrême et multi-couches contre le froid et l'humidité

On devine facilement qui est de quart sur le pont ! Navigation extrême et multi-couches contre le froid et l’humidité

A la façon des premiers explorateurs, on voit la fierté de l'équipage lorsque la "terre promise" est en vue ; ici la côte du Kamchatka russe

A la façon des premiers explorateurs, on voit la fierté de l’équipage lorsque la « terre promise » est en vue ; ici la côte du Kamchatka russe

La découverte des côtes russes est accompagnée de lumières incroyables et changeantes toutes les heures

La découverte des côtes russes est accompagnée de lumières incroyables et changeantes toutes les heures

Après avoir passé l’antiméridien nous sommes donc obligés d’aller rapidement nous trouver un abri pour anticiper la mauvaise météo qui arrive. Ainsi nous serons agréablement bloqués 6 jours à Pyotra Bay (61°03 N – 172°24 E), une crique aux phoques et aux ours où 2 dépressions balayent notre mouillage avec des pointes à 60 nœuds.

Mais ici nous sommes bien, c’est le jardin de l’ours du Kamchatka, c’est sauvagement sauvage, c’est brut, c’est beau ! Pas âme qui vive à moins de 200 km ! Se laver dans une rivière à 2°c dans ce décor, ça n’a pas de prix !

Piotra Bay vue de drone, paradis sauvage pour notre mouillage seuls au monde

Piotra Bay vue de drone, paradis sauvage pour notre mouillage seuls au monde

What else? This is our garden for the next 6 days

What else? This is our garden for the next 6 days

L'équipage prend possession du phare de Piotra Bay

L’équipage prend possession du phare de Piotra Bay

Pas âme qui vive à moins de 200 km à la ronde, mais une curieuse colonie de phoque avec qui nous partagerons le mouillage

Pas âme qui vive à moins de 200 km à la ronde, mais une curieuse colonie de phoque avec qui nous partagerons le mouillage

Nous partagerons aussi la salle de bain avec les phoques locaux, frileux s'abstenir : l'eau est à 4°C

Nous partagerons aussi la salle de bain avec les phoques locaux, frileux s’abstenir : l’eau est à 4°C

De vrais animaux de compagnie ces phoques !

De vrais animaux de compagnie ces phoques !

Randonnée sur les hauteurs avec Maewan en contrebas et le Pacifique en fond !

Randonnée sur les hauteurs avec Maewan en contrebas et le Pacifique en fond !

Mais... nous ne sommes pas seuls...

Mais… nous ne sommes pas seuls…

Maewan paisiblement mouillé quelque part au Kamchatka Russe

Maewan paisiblement mouillé quelque part au Kamchatka Russe

Après les traces, il montre son nez ! Nous sommes dans son jardin, l'ours du Kamchatka est là !

Après les traces, il montre son nez ! Nous sommes dans son jardin, l’ours du Kamchatka est là !

Une chance unique de pouvoir fouler cette terre inconnue et observer sa riche biodiversité

Une chance unique de pouvoir fouler cette terre inconnue et observer sa riche biodiversité

Pendant nos 6 jours à l'abri dans Piotra Bay, nous verrons des ours tous les jours... jusqu'à 20 mètres de nous

Pendant nos 6 jours à l’abri dans Piotra Bay, nous verrons des ours tous les jours… jusqu’à 20 mètres de nous

L’hiver approche, les fenêtres météo favorables se font rares, on reprend alors le large jusqu’à laisser la mer de Béring dans notre rétroviseur et nous voici dans le Pacifique ! Le rythme à bord est installé, Erwan, Eric et moi profitons de la navigation à 3,5 nœuds de moyenne, essayant de gagner 0,1 nœud par-ci par-là, discutons du programme 2017 et prenons soin des femmes du bord qui sont souvent sujettes au mal de mer ! Les journées s’enchaînent mais ne se ressemblent pas.

En descendant vers le sud, les cônes volcaniques aux sommets blancs se dessinent de plus en plus sur la côte. Quelques souffles de baleines nous accompagnent et nous croisons de plus en plus de vieux rafiots de pêche russes.

Ambiance en mer à bord de Maewan, refuge flottant, aussi accueillant et chaleureux qu'un refuge de montagne

Ambiance en mer à bord de Maewan, refuge flottant, aussi accueillant et chaleureux qu’un refuge de montagne

Un chalutier russe, comme neuf !

Un chalutier russe, comme neuf !

Cuisiner par 30 nœuds, pas de problème pour Chef Nico !

Cuisiner par 30 nœuds, pas de problème pour Chef Nico !

En approche de la baie de Petropavlovsk, les volcans majestueux dominent de plus en plus le paysage

En approche de la baie de Petropavlovsk, les volcans majestueux dominent de plus en plus le paysage

7ème et dernier jour de mer pour cette navigation audacieuse et extrême : Nome - Petropavlovsk ! On y est

7ème et dernier jour de mer pour cette navigation audacieuse et extrême : Nome – Petropavlovsk ! On y est

Les 3 soeurs, gardiennes de la baie de Petropavlovsk

Les 3 soeurs, gardiennes de la baie de Petropavlovsk

Encore 7 jours à longer la côte pour atteindre l’entrée de la baie de Petropavlovsk ou nous passons 48h au quai des douanes, le temps de défiler devant toutes les autorités, de profiter d’une douche… et nous sommes enfin libres et acceptés au Kamchatka !

Maewan amarré au quai des douanes du port de Petropavlovsk

Maewan amarré au quai des douanes du port de Petropavlovsk

Heureux ! Mission remplie, Maewan pourra continuer son programme 2017

Heureux ! Mission remplie, Maewan pourra continuer son programme 2017

Rencontre et super dîner avec le concepteur de la "BERGINGIA-RACE" la plus longue et difficile course de chiens de traîneaux au monde !

Rencontre et super dîner avec le concepteur de la « BERGINGIA-RACE » la plus longue et difficile course de chiens de traîneaux au monde !

La vodka coule à flots et nous tissons nos premiers liens avec les autochtones très accueillants autour d’un sauna russe et du saumon sauvage fumé !

Une traversée unique, un équipage uni, des rencontres riches, des heures de contemplation…

« N’allez pas là où le chemin peut mener. Allez là où il n’y a pas de chemin, et laissez une trace, éphémère… »

« From Nome to Petro » n’était que la fondation d’une seconde partie pour moi, à accompagner Erwan et Maewan dans leur rêve de tour du monde. D’ici 2 jours je décollerai pour les rejoindre à Petropavlovsk avec une nouvelle équipe.

A suivre…

 

Merci à Erwan et tout l’équipage de Maewan, à terre comme en mer.

Merci à DEGRE7SQUID SAILINGINOBLOCK – PREMIERE PLACE

Photos: MAEWAN / Erwan Lelann / Eric Loizeau / Nico Boidevézi

3 commentaires

  1. Magnifique ce trip. Well done. 😉 Un plaisir à regarder. Impatient de voir le résumé du prochain.

  2. Beau compte rendu de ta navigation. Je te souhaite un bel été, amitiés
    Claudine

  3. Excellent Nico.
    Félicitation et merci pour ce récit.
    Ne t’arrête jamais.
    La bise

    Laurent

Laissez un commentaire

* Champs obligatoires