Charente Maritime Bahia Transat 6.50 : Récit d’une première étape à bord de Défi GDE

NicolasBoideveziMadereTransat650A l’arrivée à Madère, en 18ème position, Nicolas paraissait extrêmement déçu de sa performance. Après quelques jours à Madère, le Rochelais est en mesure aujourd’hui de modérer ses propos et d’analyser les causes de sa contre performance.

Le dégolfage avait été parfait, propre, serein et maitrisé. En deuxième position rapidement après le départ, Nicolas fait sa course, contrôle les adversaires et se place là où il le souhaite. Les conditions sont éprouvantes, de la pétole, beaucoup de pétole, et peu de sommeil.

En confiance, Nicolas décide de suivre son intuition. Après la pointe espagnole, au près, Nicolas sur Défi GDE file traverser le front aux côtés de Bertrand Delesne et d’Aymeric Chappellier entre autres. L’idée ? Aller récupérer du vent de Nord Ouest et descendre sous spi plein badin ! A priori la stratégie est bonne, mais voilà, le fameux vent de Nord Ouest ne se fait sentir que pendant une demi heure, de quoi donner aux garçons le goût des glissades fantastiques. Ensuite, le vent tourne et tombe, c’est le début de la fin.

NicolasBoideveziDefiGDEMiniTransat650 Nicolas Boidevézi sur Défi GDE a connu une première étape houleuse ! ©Christophe Breschi

« Les minis ont des vitesses moyennes faibles, du coup, lorsqu’on choisi une option qui s’éloigne un peu de la route directe, ça peut coûter cher. C’est là que réside notre erreur, c’était un pari risqué, et au final on a parcouru près de 100 milles de plus que les autres, et à la fin de l’histoire, ça se solde par 10h de retard sur les adversaires ».

Une erreur donc, mais aussi un bilan positif en un sens. « Je suis très content de ma course à l’ouest. Pas dans l’absolu par rapport aux autres concurrents, mais une fois le choix fait, j’ai bien navigué, je suis arrivé avec un bateau en bon état, j’ai limité la casse en n’arrivant qu’avec 10h de retard et j’ai réussi à dépasser l’énorme déception qui peut miner le moral. »

NicolasBoideveziDefiGDEMiniTransat650 Nicolas Boidevézi sur Défi GDE a retrouvé les « joies » du vent oscillant… ©Christophe Breschi-Ricochets17

Le skipper de Défi GDE est lucide, « on a beau être favoris, l’apprentissage n’est jamais terminé ! ». Nicolas ne revient pas sur ses réactions à chaud à l’arrivée, mais il a su mettre de l’eau dans son vin, afin de repartir motivé et plein d’envies pour la deuxième étape. En attendant, il profite des charmes de Madère et de la météo plus que clémente pour se reposer et préparer la suite.

Laissez un commentaire

* Champs obligatoires