Départ de la Mini Transat : Une grande glissade de 3700 milles

Mini Transat 2013: Escale à Sada

Le grand jour approche ! Les concurrents de la Mini Transat 2013 vont pouvoir mettre le cap sur Pointe à Pitre. Le départ sera donné demain mercredi 13 novembre à 9h de Sada (Espagne). Un moment attendu depuis plusieurs semaines par les ministes, Nicolas Boidevezi en tête. Le skipper de Nature Addicts est excité à l’idée de traverser l’Atlantique d’une traite sur un bateau de 6 mètres 50. Un défi à la hauteur de ses ambitions.

Les conditions climatiques et l’Anticyclone des Açores vont enfin autoriser la Mini Transat à prendre ses quartiers sur l’Atlantique. Pour Nicolas Boidevezi présent à Sada depuis le 30 octobre suite à une superbe première étape finalement annulée, c’est une excellente nouvelle. Le temps de récupérer tout l’avitaillement nécessaire à cette traversée et l’alsacien pourra s’élancer pour 3700 milles d’une course haletante qu’il compare à une piste noire. Heureusement l’alsacien est aussi un excellent skieur.

Avant de prendre le départ, Nicolas nous livre ses dernières impressions

« Cette édition 2013 est particulière. Nous allons devoir faire Sada – Pointe à Pitre d’une traite. Cela ne s’est jamais vu dans l’Histoire de la Mini Transat. C’est la première et peut-être la dernière fois que des Mini 6.50 vont faire une course de continent à continent. C’est une chance inouïe. »

« Les conditions s’annoncent toniques : c’est tapis rouge, portant pleine balle, jusqu’aux Canaries ! Cela risque d’être un peu dur au début avec de la mer croisée dans du vent fort, pas mal de trafic sur l’eau, mais ensuite il y a vraiment moyen de s’éclater ! Ce sont des conditions que j’apprécie, une grande glissade de 3700 milles. C’est comme skier sur un mètre de poudreuse et sous un grand ciel bleu… Ca va être magique ! »

« C’est une course de fond, il va falloir gérer la fatigue humaine et matériel, ne pas foncer tête baissée comme sur un sprint car l’objectif est d’abord d’aller au bout. »

« Cette période d’attente n’a pas été évidente à gérer. Je suis sorti dimanche faire une petite navigation d’une heure sur Nature Addicts afin de faire un check complet et pour me dégourdir les jambes. J’ai aussi aidé les autres ministes qui sont arrivés au compte goutte à Sada. Quand j’ai plongé sous mon bateau pour le nettoyer, je suis allé voir aussi les bateaux des autres pour vérifier qu’ils n’avaient pas de problème. Il y a beaucoup de solidarité entre nous, on a pu le vérifier depuis un mois. »