Soutenir un skipper, c’est aussi soutenir la recherche océanographique

Au-delà de l’exploit sportif et de l’aventure humaine, le Vendée Globe constitue aussi une excellente opportunité pour les scientifiques. Le parcours du Vendée Globe transite par des contrées éloignées auxquelles peu de navires océanographiques peuvent accéder. Ces endroits sont donc peu explorés, et certains paramètres environnementaux sont difficiles à mesurer. C’est notamment le cas de certains indicateurs qui participent à la régulation des écosystèmes marins et du climat de notre planète.

Une expédition scientifique inédite grâce à la course de Nicolas Boidevezi

La variabilité naturelle des océans est peu documentée, il est donc difficile de distinguer ce qui relève de la variabilité naturelle ou de l’activité humaine. Par exemple, parmi les paramètres qui contrôlent la productivité du phytoplancton et le cycle du carbone, il y a notamment les taux de sels minéraux dissous à la surface des océans comme le phosphate.

En collaboration avec le National Oceanography Centre, l’Université de Southampton et le SenseOCEAN project, la course de Nicolas Boidevezi servira de support à une expédition scientifique inédite. Afin de mesurer le taux de phosphate dissous en surface, un capteur océanographique autonome sera installé à bord de East Side Story. Il s’agira d’une expérience innovante jamais réalisée, un véritable test grandeur nature dans des conditions extrêmes, qui permettra de mesurer cet indicateur sur une durée de 80 jours en continu.

Max Grand, chercheur océanographe au National Oceanography Centre, installera le capteur sur East Side Story et sera responsable du traitement des données qui seront relayées chaque jour au laboratoire.

Des données scientifiques à suivre sur le blog

A la fin de chaque semaine de course, Max mettra à jour un blog à destination du grand public, où il effectuera une présentation des données en fonction de la position de Nicolas. Plusieurs concepts océanographiques seront abordés sur le blog, avec un accent particulier sur les différentes pressions auxquels les océans sont confrontés du fait des activités humaines.

L’avis de Max Grand

Max Grand, Docteur en Océanographie, est chercheur au National Oceanography Centre de Southampton et à l’Université de Southampton au Royaume-Uni. Au cours des huit dernières années, Max a embarqué sur plus de huit-expéditions océanographiques, comptabilisant plus de 350 jours en mer de l’Antarctique en passant par Tahiti. Ses recherches ont pour objectif d’améliorer la compréhension des processus qui participent à la régulation des taux d’éléments traces et sels nutritifs dissous dans les océans.

« La participation de Nicolas Boidevézi au Vendée Globe nous permettra de tester nos capteurs autonomes à grande échelle. Cette opportunité scientifique unique visera à obtenir un ensemble de données cohérent et global dans des contrées peu accessibles et de ce fait rarement visitées par des navires océanographiques. De plus, la dimension médiatique du Vendée Globe, qui va bien au-delà du cercle nautique, offre l’occasion idéale de sensibiliser le grand public aux différentes pressions anthropiques auxquels sont confrontés nos océans ».

Liens annexes :

Logo University of Southampton

University of Southampton :

http://www.southampton.ac.uk/oes/index.page

 

 

Logo Sense Ocean

 

SenseOCEAN Project :

http://www.senseocean.eu

 

 

 

Max Grand

 

Max Grand :

http://www.southampton.ac.uk/oes/about/staff/mg1r14.page

Laissez un commentaire

* Champs obligatoires