Transat 6.50, 11ème jour de course

Parti depuis un peu plus d’une semaine, Défi GDE est aujourd’hui 7ème au classement des prototypes. Nicolas est en plein Pot-Au-Noir. Cette zone si particulière est une ceinture, de seulement quelques centaines de kilomètres du nord au sud. Zone de basses pressions entourant la Terre près de l’équateur. Elle est formée par la convergence des masses d’air chaudes et humides anticycloniques provenant des tropiques portées par les alizés. Cette ZCIT est connue pour apporter des conditions météos très variables, de la pétole franche et massive aux grains orageux violents. Petite précision, cette année le Pot Au Noir est actif !

Du point de vue de la compétition, le Pot Au Noir est une sorte de roulette, le vent y est distribué de manière très aléatoire permettant d’envisager des variations significatives dans le classement.

Les arrêts aux Canaries et au Cap Vert ont été nombreux, et les abandons ne sont pas négligables. Lorsque les solitaires racontent les conditions, on sent bien que cette seconde étape de la Transat 6.50 est loin d’être évidente. Une mer forte et désordonnée, un vent aléatoire et beaucoup de pluie, le cru 2011 de la météo ne fait pas de cadeau aux ministes !

Pour Nicolas on peut imaginer que la routine s’est installée. Routine, le terme est un peu galvaudé, car dans la ZCIT la routine peut très rapidement être bouleversée par un grain, un nuage… sans pour autant déstabiliser le rythme dans lequel le marin s’est installé.

Nicolas a semble-t-il, opté pour l’option Est, tout comme David Raison, Thomas Normand et Bertrand Delesne. Les solitaires dans ce groupe de tête ne sont plus qu’à 1300 milles de l’arrivée. Il est encore difficile à ce jour de donner une date d’arrivée car tout peut encore arriver et la météo est loin d’être évidente à analyser.